[2004] – 21 avenue Georges Sand / 34 rue de la métallurgie – 93200 Saint-Denis

Un travail sur l’angle, thème souvent rabâché en ville, ici réinterprété de façon originale par la mise en retrait du plan de façade principale pour créer au niveau du hall d’entrée un entre deux paysages, à la manière des immeubles new-yorkais. Tous les espaces collectifs – hall d’entrée, cages d’escaliers, paliers d’ascenseurs- sont également baignés par la lumière naturelle.

Ces 50 appartements locatifs de type P.L.I. sont construits dans la Z.A.C. Nozal Chaudron de la ville de Saint-Denis par le groupe Solendi et la société Vediorbis, pour le logement des employés.

 

La gestion de la construction a été confiée à la société Adfin. « Maufras et associés architectes », a assuré une mission complète de maîtrise d’oeuvre.

Les travaux ont été réalisés en entreprise générale par Bouygues Bâtiment Ile de France entre avril 2003 et septembre 2004.

Le terrain d’assiette du projet est un quadrilatère régulier de 1645 m², situé à l’extrémité Est de l’aménagement projeté de la Z.A.C. Nozal Chaudron. Le cahier des charges insistait particulièrement sur :

 

  • la distribution des logements par deux noyaux de circulations, bénéficiant d’adresses distinctes sur les deux rues.

  • la possibilité pour les appartements à rez de chaussée de bénéficier de jardins privatifs sur le cœur d’îlot et/ou de baies d’éclairement sur les avenues suffisamment surélevées par rapport au niveau des trottoirs pour préserver l’intimité des occupants.

 

L’urbaniste de la Z.A.C., Michel Guerin, souhaitait également un traitement architectural de l’angle des deux rues.

 

Notre réponse tire son originalité de l’éclairement naturel des cages d’escaliers et des paliers d’ascenseurs.

Leur implantation en retrait ménage un espace planté en pleine terre, clôturé par une grille en serrurerie. Ce traitement qui s’inspire de l’esprit paysagé des trottoirs de la Z.A.C. sert de transition vers les halls d’entrée totalement vitrés. Le soin apporté d’une part à la qualité de l’éclairement naturel et d’autre part à l’enchaînement des divers espaces collectifs extérieurs et intérieurs entre la rue et le logement, est en effet à nos yeux un critère fondamental de satisfaction pour l’occupant, presque autant que celui de la distribution intérieure de son logement.

 

La modénature des baies utilise à de rares exceptions près le même module vertical de 106*205 cm. L’adoption de ce module a été guidée par la contrainte de l’obtention d’un label HPE 2000. En décidant en outre d’éclairer les cuisines par un module entier -équivalent donc aux chambres-, il est devenu possible d’utiliser une grille régulatrice pour l’implantation des baies, et enrichir ainsi l’écriture de chaque plan de façade en n’autorisant pas la lecture directe de la distribution intérieure.

 

Le projet réserve sur plus de la moitié du terrain d’assiette un espace vert d’un seul tenant, réservé aux résidents, dont l’accès se fait directement depuis le trottoir de l’avenue de la métallurgie, en utilisant le retrait de six mètres de large du pignon ouest vis à vis de la limite séparative. Ce dispositif spatial prolonge ainsi visuellement le mail public et assure la cohérence du traitement paysagé d’ensemble souhaité, et une large perspective vers le cœur d’îlot.

 

 

programme : 50 Logements PLI: 3 300 m²

calendrier : études : 2002 – 2003 ; chantier : 2003 – 2004

coût : 4,5 M€ TTC

assistante : Marcela d’Ortenzio

Fiche signalétique

En voir plus

Galerie

Télécharger la fiche projet