[2013] – 125 logements « basse consommation » – 94450 Limeil-Brevannes

Le premier quartier durable français composé de mille deux cents logements a été imaginé dès 2006 sur la commune de Limeil-Brévannes dans le Val-de-Marne. Fruit d’une longue réflexion du maire de cette commune, Joseph Rossignol, il s’appuyait sur des critères environnementaux qui anticipaient largement les règles performantielles en vigueur.

A savoir :

 

des voiries intérieures totalement réservées aux liaisons douces, tous les accès aux parkings situés en périphérie,

 

  • ambition de se rapprocher du profil «énergie zéro » : L’urbanisme durable de la Z.A.C. et l’architecture bioclimatique des bâtiments devaient permettre la mise en œuvre des énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques pour l’électricité d’été, chaufferie et cogénération -bois ou géothermie- pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire et l’électricité d’hiver),

 

  • les maîtres d’ouvrage se sont engagés à atteindre un facteur 1,6 avec les seuls moyens passifs de l’isolation et de la solarisation, et à atteindre des besoins de chauffage inférieurs à 35 kWh/m²SDO.an, une consommation énergétique de 140 kWhEP/m²SDO.an, un Ubat de 0,50 W/m².K.,

 

  • les maîtres d’ouvrage se sont engagés à se raccorder à la centrale énergétique et au réseau mis en place sur la Z.A.C. afin de réaliser une couverture de la totalité des besoins par de l’énergie renouvelable et à accueillir sur leurs toitures les panneaux photovoltaïques.

 

Au démarrage du chantier à l’été 2011, ces ambitions toujours défendues par la mairie de Limeil-Brevannes se heurtent au réalisme économique des investissements considérables nécessités par la mise en œuvre des énergies renouvelables. Celle ci concédée dans le cadre d’une délégation de service public à une filiale de GDF-SUEZ se traduit pour les futurs locataires à des charges locatives près de trois fois supérieures à celles en cours dans le logement social, pour des réseaux de chaleurs traditionnels.

 

Cette difficulté non résolue courant 2012 pose la question plus générale des écoquartiers qui nécessite des investissements considérables dont la durée d’ amortissement outrepasse largement celles en vigueur dans les comptes des sociétés concessionnaires privées.

 

RRP a chargé « Maufras et associés architectes » de concevoir dans l’îlot principal de cette Z.A.C. le centre commercial (promoteur SODES), le parc de stationnement souterrain et 125 logements en financement PLS. Sur ce même terrain, RRP réalisera également 89 logements dont la conception est assurée par l’atelier Castro-Casi, par ailleurs architecte en chef de la Z.A.C. « Maufras et associés architectes » s’est vu confier la maîtrise d’oeuvre du chantier.

 

Le cahier des charges architectural a particulièrement guidé le projet qui s’appuie sur un nombre inhabituellement important de logements en duplex s’ouvrant sur des jardins suspendus.

 

Le souci d’éclairer naturellement les parties communes, de ne pas ouvrir d’appartements exclusivement sur des façades orientées au nord, la recherche au contraire de plusieurs orientations y compris pour les plus petits logements, ont conduit à un découpage très important des façades de masses bâties orientées est-ouest.

 

Ce crénelage en plan s’accompagne d’un découpage dynamique de la silhouette, les ruptures de niveaux étant mises à profit pour créer des terrasses pour les appartements sommitaux.

 

Chaque logement dispose ainsi d’un espace extérieur planté important. Cette végétalisation signe ainsi l’opération, particulièrement le long de l’allée résidentielle.

 

Les jardins suspendus des duplex y sont conçus comme des structures métalliques adossées à la façade de l’immeuble, dont ils brisent le caractère urbain traditionnel.

 

 

conception de 125 logements et de 200 places de parking en financement social et d’un centre commercial.

maître d’ouvrage : Résidences de la région parisienne et I3F

architecte : Maufras et associés architectes

collaborateurs : Guilhem Ferry, Najat Ghili, Valérie Naintré, Gislind Lehnert

B.E.T. : SINCOBA

calendrier : études : 2006 – 2010 ; livraison : 2013

surface terrain : 7 050 m²

SHAB LOGEMENTS: 7 920 m² (125 lgts)

SHON ACTIVITES : 4 500 m²

montant global des travaux : 26,7 M€ HT

Fiche signalétique

En voir plus

Galerie

Télécharger la fiche projet